Accueil » Sortir et s'amuser » Crimes et violence au Canada

Crimes et violence au Canada

15 conseils pour éviter une agression au Canada !

  1. Quels sont les risques pour un(e) étudiant(e) étranger(e) ou PVTiste ?
  2. Comment éviter de se faire agresser, voler ou violer au Canada ?
  3. Quelques faits et statistiques sur les agressions au Canada !
Crimes et violence au Canada
Crimes et violence au Canada

1. Quels sont les risques pour un(e) étudiant(e) étranger(e) ou PVTiste ?

Loin de moi l’idée de vous faire peur, sachez que le Canada est un pays sûr et vous ne risquez pas de vous faire agresser à chaque coin de rue, loin de là. Cependant il existe tout de même quelques risques, et en tant qu’étudiants étrangers, PVTistes ou expatriés, il serait dangereux de les ignorer en pensant dur comme fer qu’au Canada tout le monde est amical, respectueux et bien faisant. 🙂

À titre d’anecdote, il y a quelques mois, un de mes amis (canadien) rentrait chez lui de nuit après le travail et il s’est fait assommer avec une bouteille de bière avant de se faire voler. Il y a quelques semaines, je me suis fait tabasser par deux personnes en rentrant d’une soirée d’Halloween costumé. Il y a quelques jours un groupe de jeunes a brisé la vitrine du LCBO (magasin d’alcool), du Beer Store et du bar où je vais régulièrement. En lissant le journal quelques jours plus tard, je suis tombé sur un article qui parlait de plusieurs cas d’agression sexuelle sur le campus de l’université de Carleton à Ottawa. Bref, je ne vais pas aller plus loin, vous avez compris le genre de risques auxquels vous pourriez avoir à faire face si vous ne respectez pas quelques consignes de sécurité toutes simples. 😉

2. Comment éviter de se faire agresser, voler ou violer au Canada ?

– Le retour à la maison :

  1. Évitez de rentrer seul en quittant un bar ou une fête
  2. Marchez avec un ou plusieurs amis ou prenez un taxi
  3. Si vous marchez seul, évitez les endroits isolés et mal éclairés
  4. Assurez-vous d’avoir votre cellulaire (chargé) avec vous
  5. Assurez-vous que quelqu’un sait où vous êtes et quand vous rentrez

– Bar et party avec alcool :

  1. Gardez votre verre/bouteille d’alcool ou d’eau en vue, même en présence de « connaissances »
  2. N’acceptez pas de boissons provenant d’étrangers et surveillez la préparation de votre drink
  3. Sachez que le GHB (drogue du viol) circule au Canada et que les femmes ne sont pas les seules victimes
  4. Assurez-vous qu’en tout temps un(e) ami(e) sait où vous trouvez (et vice versa, surveillez vos ami(e)s ! )
  5. Définissez vos limites selon l’endroit où vous êtes et les personnes présentes car l’alcool réduit la capacité à réagir

– Vol d’argent et de biens :

  1. Ne promenez pas de grosses sommes d’argent ou des objets de valeur dont vous n’avez pas besoin
  2. Ne laissez pas votre argent ou vos objets de valeur en vue ou sans votre surveillance
  3. Transportez votre portefeuille dans une poche de pantalon ou dans la poche intérieure de votre veste
  4. Gardez votre sac à main proche de vous, ou réévaluez si vous avez vraiment besoin d’en transporter un
  5. Faites attention aux personnes qui semblent vous suivre et restez dans des endroits fréquentés et fréquentables

3. Quelques faits et statistiques sur les agressions au Canada !

  • L’organisme Statistique Canada dispose de nombreuses informations concernant la criminalité au Canada. On apprend notamment que « selon l’ESG de 2009, environ 7,4 millions de Canadiens — soit un peu plus du quart des personnes de 15 ans et plus — ont déclaré avoir été victimes d’un incident criminel au cours des 12 mois précédant l’enquête ».
  • Dans une étude sur la nature des infractions sexuelles, Statistique Canada indique que « le fait d’être jeune, de fréquenter l’école et de s’adonner souvent à des activités en soirée ont tous été désignés comme des facteurs qui accroissent le risque de victimisation avec violence » et que 82 % des agressions sexuelles [dont celle avec utilisation de GHB] sont commises par une connaissance de la victime.
  • Ottawa Rape Crisis Centre nous apprend dans son rapport « Drug and Alcohol Facilitated Sexual Assault » , que la drogue du viol la plus utilisée est de loin l’alcool, suivie par le cannabis.
  • Au Canada, toute personne qui utilise une arme en légitime défense (bombe lacrymogène, armes de poing, taser, etc.) est susceptible d’être accusée et aura à se défendre devant un tribunal, même si l’attaquant n’est pas blessé sérieusement. La possession d’armes est totalement illégale au Canada et passible d’une peine allant jusqu’à 10 ans de prison. Autant dire qu’il faut mieux vous acheter un sifflet ou une alarme de poche afin de signaler que vous êtes en danger plutôt que de posséder un flacon de pepper spray ou bear spary.

Que faire en cas d’attaque ou agression au Canada ?



En cas d’attaque et d’agression, essayez de ne pas paniquer. Si possible, composez le 911 pour communiquer avec la police locale, le service des incendies ou une ambulance (numéro gratuit depuis les téléphones publics).

L’Université Concordia (Canada) suggère de ne pas riposter en cas d’attaque (non sexuelle), car cela pourrait aggraver la situation.

D’autres sources telles que l’Université d’Ottawa (Canada) suggèrent de crier au secours, si vous vous sentez en danger et de faire beaucoup de bruit ou de faire toute une scène en cas d’agression sexuelle. L’Université d’Alberta (Canada) ajoute que selon une étude, lutter, crier, hurler et faire une scène semble être la meilleure façon d’échapper à un viol, cependant ceci devra être totalement reconsidéré dans le cas où l’agresseur est armé).

Quant au College Ohlone (USA), il suggère de ne pas suivre les conseils précédents en expliquant que « personne ne peut vous dire si vous devez vous défendre, vous soumettre ou résister. Cela dépend de vous et de la situation. Toutefois, votre meilleure défense est d’être préparé – connaître vos options à l’avance. Votre sécurité peut dépendre de votre capacité à rester calme et à faire preuve de sang froid » .

Finalement, l’Université du Minnesota (USA), rappelle l’importance de regarder attentivement votre agresseur afin de pouvoir donner une bonne description à la police. Les éléments clés sont l’âge, l’ethnie, la couleur de peau, les vêtements, la taille, le poids, les cheveux, les yeux, et des caractéristiques telles que des cicatrices et des tatouages. Si un véhicule est impliqué, notez la couleur, la taille, marque, numéro de licence, des bosses ou autres caractéristiques distinctes. Dans le cas où votre agresseur est armé, et veut votre argent ou vos biens, ne vous défendez pas. Votre vie et votre sécurité sont beaucoup, beaucoup plus importantes !

À propos Jérôme

Avatar de Anonyme
Jérôme, 28 ans, je vis à Ottawa en Ontario depuis près de 8 ans. Je partage ici mon aventure, mes photos et des conseils pour ceux qui souhaitent partir étudier, travailler, voyager et vivre au Canada.

Un commentaire

  1. Avatar de Christelle

    Pourquoi t’as-t-on tabassé ?? ces gens là souhaitaient-ils te voler ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *